Maman solo, la honte !

Comme tu l’as sans doute constaté, je me base souvent sur mes propres expériences pour parler d’un sujet, surtout quand ils sont profonds et délicats comme l’avortement ou l’absence du géniteur.

Je ne me permettrais pas de m’avancer sur de tels objets sans en connaître le ressenti potentiel qui peut en découler.

Aujourd’hui, j’ai décidé de casser le tabou que j’ai vécu pendant plusieurs mois, avant et après la naissance de ma fille.

Le géniteur de mon enfant n’a pas souhaité la reconnaître, et il est aux abonnés absents depuis ses trois mois de vie in utero, si tu fais le calcul, nous en sommes à 26 mois sans nouvelles.

Je n’écris pas ça pour qu’on lui jette des pierres, ni pour que l’on ai pitié de nous.

Chacun fait comme il peut avec sa propre histoire et ses propres bagages. C’est un fait que j’ai accepté au fil du temps et non sans mal.

Bien que j’ai toujours quelques ressentiments à l’idée de me dire, que toute une partie de l’héritage familial de ma fille est occulté ainsi que ses origines.

Où est la justice dans tout ça ? Elle ne connaît pas une partie de sa famille, et je ne pourrais jamais lui apporter de réponse à cela.

Bref, quand j’ai su que j’étais enceinte, j’ai eu honte.

Honte de la manière dont l’acte de fabriquer la vie s’était passé.

Honte d’annoncer à mon entourage que j’étais seule avec ce ventre rond.

Honte de rencontrer ma sage-femme et de lui dire qu’il n’y avait que moi.

Honte de participer aux cours de préparation à la naissance uniquement avec moi-même.

Honte d’aller la déclarer à la mairie et de ne remplir qu’une partie du livret de famille.

Honte de ne jamais rien inscrire dans les cases mentionnant le père.

Honte! honte! honte de tellement de choses...

Tu noteras que ce sentiment de solitude était plutôt prédominant. Faire les choix toujours toute seule, ne pas partager ce qu’il se passait à l’intérieur de moi avec le principal concerné, être seule avec mes doutes et angoisses. Me reposer sur qui ? Demander de l’aide à qui ?

Là ou pour beaucoup de femmes enceintes c’est une joie d’annoncer qu’elles portent la vie, pour moi ce fut une appréhension à chaque fois. Il m’a fallu du temps pour faire savoir qu’un petit être s’était établi un coin de chambre dans mon ventre, et en même temps j’avais tellement envie de partager cette aventure avec d’autres femmes qui vivaient l’expérience aussi.

« Et le père... ? » .

Expliquer la même histoire, en boucle, en continu.

L’annoncer à la famille qui n’était même pas au courant de mon célibat ou de ma vie de couple.

Entendre les remarques méprisantes des proches ou les conseils mal avisés : « tu es sûre que tu veux le garder ? Tu sais, c’est difficile d’être parent et encore plus d’être mère isolée ». On me parle de mon bébé là ...

Un peu comme si élever un enfant était quelque chose d’impossible à faire seule. J’aurais tellement eu besoin d’entendre des phrases positives : « c’est vrai ce ne sera pas tous les jours facile, mais tu vas réussir !», «tu ne seras pas seule pour élever cet enfant, il te suffit de créer ton village », « je serai là pour toi si tu en as besoin »...

Il y a beaucoup de phrase que l’on peut dire à une maman solo, pleines d’encouragements, de non-jugement et qui l’aideront à aller de l’avant.

Tout comme à un enfant, dire des choses négatives et pessimistes ne font avancer personne. Ce n’est pas la dureté qui fait grandir les Hommes, mais c’est bien l’amour qui les porte.

Alors à toi, ma petite maman solo, qui te sens abandonnée et démunie.

Avec ton gros ventre, ou avec ton petit dans les bras.

Entoures-toi de belles personnes, qui t’aiment et qui t’induisent confiance en toi.

Oui, fais toi confiance car ta puissance est grande et tu vas l’enfanter, ce bébé ! Et tu vas l’accompagner sur le chemin de la vie comme une cheffe.

Oui c’est dur parfois, tu doutes et tu pleures. Je te promets pourtant que tout l’amour de ce petit bout de toi va te pousser hors de tes limites et va t’apprendre tellement de choses.

Alors à toi ma petite maman solo, n’aie pas honte de cette solitude. Ce n’est pas de ta faute si le papa n’a pas voulu rester. Tu peux être fière de toi, et être fière de porter la vie ou de l’avoir donné. Porter la vie, c’est affirmer toute la puissance de ton sexe. Donner la vie en étant seule, c’est prouver une fois de plus ta grandeur et ta force.

N’écoutes pas les médisances, les autres ne savent pas, l’inconnu fait toujours peur.

Alors à toi ma petite maman solo, si tu as besoin de soutien, d’amour, et de bienveillance, mes bras te sont grand ouverts, et mon cœur aussi. Ton chemin est le mien.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lait Fée Mère doula sur St-Etienne et ses alentours (plaine du Forez, Vallée du Gier et de l'Ondaine), Loire (42).

Conseillère en allaitement - location de tire-lait

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly